Cette année, le réseau des Médiathèques de Nanterre propose une offre de jeux vidéo sur place.

Pourquoi des jeux vidéo en bibliothèques ?

Logique. L’histoire des bibliothèques a toujours suivi l’évolution des supports, des premiers rouleaux de la bibliothèque d’Alexandrie aux livres de poche, des vinyles aux VHS…
Les jeux vidéo sont la suite logique d’une histoire des supports que les bibliothèques suivent depuis leurs créations.

Qualité. Tous les gens qui jouent vous le diront : en termes visuel et narratif, beaucoup de jeux vidéo sont aussi beaux, passionnants et haletants que de nombreux films (voire plus 😉 ). Les possibilités liées au média ont fait naître de véritables chefs-d’œuvre qui ont ravis des millions de personnes. Que ce soit des grandes productions comme Portal, Bioshock, Mass Effect, Detroit … ou des créations indépendantes plus modestes tel que Fez, Bastion, Sunset, Her Story

Loisirs. 28 millions de joueuses et de joueurs en France ! Près de la moitié de la population française déclare jouer aux jeux vidéo et intègrent de plus en plus les jeux vidéo dans leurs pratiques culturelles :

mercredi soir : ciné en amoureux
jeudi soir : tournoi de Mario Kart entre amis
samedi soir : concert
dimanche : série sous la couette

Et on ne parle même pas de l’e-sport ! La finale de la coupe du monde 2015 de League of Legends a attiré plus de 36 millions de spectateurs.

Convivialité. Le jeu vidéo a une fonction sociale indéniable : on joue tous ensemble, parfois les uns contre les autres, parfois de manière collective, on se parle, on se conseille, on réagi…

Et l’enjeu est toujours de taille puisqu’on peut faire à plusieurs des actions impossibles/difficiles IRL (In Real Life = dans la vraie vie) : jouer un match de catch devant des centaines de personnes, explorer des tombes égyptiennes en dégommant des squelettes, être sur la pelouse en short le soir d’un match de coupe de l’UEFA, tenter des figures improbablement dangereuses en moto, mettre KO son adversaire avec un tatsumaki-cross-up-balayette…

Évidence. Enfin, un certain nombre de bibliothécaires sont convaincus que jouer c’est bien ! Et qu’il faut partager cette passion.

Tout le mois d’octobre 2016 sera consacré à des séances de jeux collectives dans les différentes médiathèques du territoire (infos pratiques)

On joue à quoi ?

 

A propos de l'auteur

nicolas constanza

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.