L’école WebForce3, qui arrive à Nanterre, délivre une formation de 3 mois au métier de développeur web et mobile. Rencontre avec son vice-président et responsable pédagogique, Dario Spagnolo.

[divider]Ecoutez l’émission de Radio Agora[/divider]

 

Catherine Portaluppi : Bonjour et bienvenue sur Radio Agora aujourd’hui nous recevons Dario Spagnolo qui est responsable pédagogique de l’école  WebForce3, c’est une école de code informatique qui va bientôt ouvrir à Nanterre et qui forme au métier de webdesigner très rapidement.

Qu’est ce que l’on apprend à WebForce3 ?

Dario Spagnolo : La formation WebForce3 est une formation qui est principalement technique. Vous avez dit webdesigner, on comprend l’idée, c’est la création de sites internet. En réalité, la partie qui nous intéresse, c’est la partie technique de la création de ces sites. On parle donc du métier de développeur-intégrateur web. C’est donc du code, de la technologie : c’est une formation qui est assez logique et on apprend à utiliser des langages informatiques. Certaines personnes connaîtront peut-être déjà par exemple le langage PHP, javascript, HTML ou CSS. Ce sont les piliers de la formation et celle-ci tourne autour de ces langages là pour permettre ensuite de créer cette partie technique. Créer un site internet, c’est ce que je dis en premier parce que c’est ce qui vient d’abord à l’esprit. Mais en réalité ces langages là ont des multitudes d’applications ; au delà d’un site internet on peut aussi créer des applications web. Par exemple Gmail, c’est un site internet, car on y accède depuis un navigateur mais en réalité c’est un peu plus  que ça : c’est une application web. Et donc à partir du moment où l’on touche aux applications web, on touche à tous les secteurs de l’industrie. On peut faire des applications métier, des intranets ou des extranets, des webradios, on peut faire toutes sortes de choses !

Est-ce que c’est très compliqué d’apprendre tout ça ? Faut-il beaucoup d’acquis préalables ?

Il faut aimer la technique, il faut avoir une appétence pour la technique, pour l’informatique. Il faut être un utilisateur averti, il faut être à l’aise avec l’outil informatique. Ensuite il n’est pas nécessaire d’avoir fait une formation technique ou suivi de grandes études ! D’ailleurs à WebForce 3 on ne demande pas forcément un diplôme ou un niveau d’étude quelconque à nos candidats. Par contre on vérifie que les personnes se sentent à l’aise avec la technique, qu’il y a un certain niveau de logique aussi. Le code c’est comme un langage : il s’agit d’une langue mais d’une langue que l’on n’utilise pas entre humains, ainsi il faut être très précis quand on s’adresse à la machine et cela oblige à avoir une réflexion qui est plutôt abstraite. Il y a des personnes qui y arrivent très naturellement, d’autres qui doivent se forcer un petit peu et d’autres qui ne sont pas à l’aise du tout avec ça et pour qui rien que l’idée de passer une journée devant l’ordinateur n’est pas une pensée agréable. Notre formation ne s’adresse pas forcément à tout le monde mais malgré tout ce n’est pas une formation qui est très difficile. C’est une formation qui peut extrêmement bien se passer, lorsqu’elle est bien faite, tant du côté de l’organisme de formation que du côté de la personne si elle s’investit complètement.

« Pour l’instant toutes les personnes qui ont suivi la formation WebForce3 et qui souhaitent retourner à l’emploi ont pu le faire »  

Combien de temps dure la formation ?

Trois mois et demi. Ca, c’est vraiment la spécificité de WebForce 3. C’est à dire que notre objectif, notre promesse c’est d’accompagner des personnes vers le métier de développeur-intégrateur web en seulement trois mois et demi. C’est possible en étant très, très ciblé sur le contenu de la formation. On ne va pas se disperser sur la création graphique ou la conduite de projet, on ne va pas étudier l’anglais même si c’est une compétence importante parce que beaucoup de documentation est en anglais, etc. On va rester sur les spécificités du métier en étant très ciblé. En trois mois et demi on parvient à maîtriser bien plus que des bases, à avoir une approche du métier qui est complète. Après il y a toute une phase d’auto-apprentissage qui continue après la formation et qui surtout ne s’arrête jamais. Toute personne qui fait de la programmation apprend toute sa vie, en tout cas pendant toute sa carrière

C’est une formation assez intense ? Cela représente combien de temps, 35, 40 heures ?

Absolument, 35H par semaine, on voit ce que c’est, c’est un temps plein. En réalité c’est un peu plus lourd que ça à porter. Il faut pas sous-estimer la concentration et l’énergie nécessaire pour être attentif à une formation, recevoir des compétences nouvelles chaque journée pendant 70 jours, à raison de 7 heures par jour. C’est quand même une formation qui sans être excessive est quand même assez fatiguant. Il faut le dire. Il faut que les personnes qui s’intéressent soient prêtes à ne faire que ça.

Et quand on sort de cette formation on peut aller directement sur le marché du travail ? Est-ce un secteur qui recrute ?

C’est un secteur qui recrute énormément c’est même un secteur qui recruterait même bien plus qu’il ne le ferait. On parle d’une carence de développeurs-intégrateurs web en France et pas qu’en France : c’est une carence mondiale. C’est donc particulièrement facile d’accéder à un emploi à l’issue de la formation, à condition de pouvoir justifier de toutes les compétences nécessaires pour accéder à ce type de métier. Il y a énormément d’entreprises de qui recrutent.

Le diplôme est-il reconnu ?

Alors ce n’est pas un diplôme reconnu, on dit que c’est une formation qui est professionnalisante et pas qualifiante même si on est en train d’étudier toutes les possibilités qui vont dans ce sens.

Pour l’instant toutes les personnes qui ont suivi la formation WebForce3 et qui souhaitent retourner à l’emploi ont pu le faire. Certaines via des stages, d’autres via un CDI directement. On voit que l’absence de diplôme n’est pas un frein. les entreprises de ce secteur sont habituées à faire passer des tests techniques de recrutement, à s’assurer des compétences par une vérification directe et pas indirecte, comme peut l’être un diplôme.

WebForce3 va ouvrir une antenne à Nanterre, dans le quartier du Parc, mais ça existe depuis longtemps ?

Un cours dans les locaux parisiens de WebForce3  (A. Assouline)

Un cours dans les locaux parisiens (A. Assouline)

C’est relativement jeune, WebForce 3 existe à Paris depuis janvier 2014, mais à raison d’une session tous les trois mois et demi et plusieurs centres de formation à Paris, nous avons déjà une certaine expérience !

Vous avez formé combien de personnes jusque là ?

Je n’ai pas le chiffre en tête mais on doit être à 100-150 personnes.

Chaque promotion accueille combien d’élèves ?

Maximum 18 personnes.

Avec un enseignant pour 18 personne s? 

Absolument, un enseignant qui est là tous les jours de la formation pendant 70 jours et qui accompagne la classe. C’est à la fois une formation qui est très suivie, très structurée, très accompagnée et qui simultanément propose de poser les bases de l’autonomisation des personnes qui suivent la formation parce qu’ils devront après la formation voler de leurs propres ailes, notamment en apprenant de nouvelles choses.

Combien coûte cette formation, peut-elle être prise en charge par Pôle Emploi ?

Oui, la formation coûte, pour un financement individuel soit 3300 euros avec un paiement une fois par mois sur les trois mois, soit 3000 euros pour un paiement en une seule fois. Il y a bien évidemment des organismes qui prennent en charge cette formation dans le cadre du retour ou de l’accès à l’emploi, Pôle Emploi en fait partie par exemple. Il est tout à fait possible de s’adresser à son conseiller Pôle Emploi et d’apporter un devis de formation et ainsi, en fonction de l’avis de Pôle Emploi se voir intégralement ou partiellement financé la formation.

Est-ce qu’il y a un niveau de diplôme requis ou vous faites un petit examen d’entrée ?

Oui, alors on considère qu’il n’y a pas de niveau requis même si le niveau bac est quand même quelque chose de souhaitable. Maintenant on étudie aussi des candidatures de personnes qui n’ont pas forcément le niveau bac, notamment des personnes très jeunes également, qui ont des prédispositions naturelles pour ce type de métier. On fait passer un questionnaire d’admissibilité qui porte à la fois sur la culture générale web et informatique du postulant, et la logique. Il y a aussi quelques questions de logiques qui nous permettent de nous assurer que la personne n’aura pas de difficultés insurmontables de la formation. On ne se veut pas une formation élitiste, on se veut le plus ouvert possible, mais on ne veut pas promettre des objectifs qui ne seront pas tenus par tout le monde.

En deux mots, qu’est-ce que la culture web générale ?

On utilise tous les jours des clefs USB non ? Ces clefs USB, elles font 32 giga, 16 giga.. Qu’est ce que ça représente 16 giga ? On connaît aussi l’unité de mesure du méga-octet. Comprend-on ces données ou les utilisons nous juste dans le langage courant ? Est-ce qu’on se rend compte combien de morceaux de musique on peut stocker dans une clef qui fait 32 gigaoctets ? Est ce qu’on peut calculer cela, même avec une calculatrice ? C’est à peu prêt le niveau que l’on estime nécessaire pour ne pas être handicapé dans la formation par des concepts qui ne font pas partie de la formation. En effet, on n’apprend pas ce genre de chose, on apprend la programmation.

On va finir avec une question à Pierre-Louis Rolle qui est coordinateur des projets numériques et citoyens à l’Agora. SI on est intéressé par cette proposition de formation où doit on s’adresser ?

PLR : Vous pourrez rencontrer les équipes de WebForce 3 au salon Destination Emploi Jeunesse, espace Chevreul, 97 avenue de la Liberté à Nanterre, le 1er avril de 14h à 18h, où beaucoup d’autres acteurs de l’emploi seront présents. Plusieurs réunions d’information sont également organisées à l’Agora le mercredi 8 avril à 18h30 ou le samedi 18 avril à 14h.

Quelle sera l’adresse, Pierre-Louis ?

Ce sera au 136 avenue Picasso !

Super ! Avez-vous quelque chose à ajouter ?

DS : Nous sommes très contents de démarrer cette session à Nanterre où l’on se sent très très bien accueillis ! On ouvre les portes aux nanterriens, n’hésitez pas à franchir la porte du web par le métier de développeur intégrateur.